Bruxelles au plus offrant

Bruxelles canal à Anderlecht

En 20 ans, Bruxelles a vu sa population s’accroître de plus de 25%, soit une augmentation de 240.000 unités. La transformation de la capitale n’a pas été que quantitative. Comme dans beaucoup d’autres grandes villes on assiste depuis quelques décennies à la montée en gamme de certains quartiers populaires. Des quartiers qui jadis accueillaient principalement une population ouvrière et issue de l’immigration y trouvant des loyers accessibles et un environnement social familier et soutenant 1.

Pour comprendre ce phénomène complexe que constitue la gentrification, il faut prendre en compte trois dimensions : économique, sociologique et politique. La transformation des quartiers se fait sur fond d’opérations immobilières et financières destinées à générer du profit pour leurs opérateurs et surtout pour leurs actionnaires. Elle opère aussi sur le mode de la domination sociale où des populations mieux dotées financièrement, symboliquement et socialement prennent bien souvent l’ascendant sur les habitants des quartiers modestes qu’ils investissent . Mouvement d’ensemble appuyé et orchestré par les différents niveaux du pouvoir politique.

Qu’en est-il de l’aspect économico-politique ?

Lire la suite

Bruxelles : l’injonction à la mixité sociale, un outil de gentrification ?

gentrification

1. Faire la leçon aux classes populaires

La mixité sociale constitue un thème consensuel qui, au delà des bonnes intentions qu’il semble exprimer, s’avère souvent, à l’analyse, beaucoup moins innocent.

Le discours officiel prononcé le 4 mai 2019 par Charles Picqué, à l’occasion du trentième anniversaire de la Région de Bruxelles Capitale offre un bon exemple de l’instrumentalisation de ce pseudo-concept présenté comme une évidence.

Extrait du discours diffusé dans le JT de 13h30 de la RTBF :

Lire la suite

Le projet immobilier du marais Wiels en région bruxelloise, quand «réhabilitation» d’un quartier rime avec gentrification

gentrification Bruxelles

Dans un article précédent, nous abordions la question des besoins. Parmi ces besoins fondamentaux, figure un logement de qualité et au loyer abordable.

Le discours des initiateurs des vastes projets immobiliers qui touchent les grandes villes en font souvent miroiter le caractère « win-win » qui répondrait au problème du logement. Ainsi Citydev (la SDRB – Société de Développement pour la Région de Bruxelles-Capitale), dans un communiqué de presse défendait le partenariat public-privé : « Travailler avec des promoteurs au développement de leurs projets pour augmenter le nombre de logements » 1. Lire la suite